Retour de terrain sur les viticulteurs de l’Île de Ré face au changement climatique, avril 2017

Après une première mission de terrain menée auprès des acteurs de la filière viticole de l’Île de Ré, Camille Hochedez et Benoît Leroux sont revenus sur l’île en avril 2017 pour compléter leur enquête. Ces deux jours ont permis de renforcer l’approche institutionnelle, en rencontrant le président de la coopérative Uniré, Monsieur Jean-Jacques Enet, ainsi que son ancien président, Monsieur Michel Pelletier, aujourd’hui retraité. Ces entretiens ont permis de resituer les dynamiques actuelles de la filière dans une perspective historique. Ce séjour de terrain a aussi été l’occasion de rencontrer deux viticulteurs d’Ars-en-Ré, plus au nord de l’île, où la viticulture est souvent pratiquée en complément de l’activité salicole du fait de la proximité des marais salants. Les entretiens ont confirmé les résultats obtenus lors des précédents entretiens.

L’hypothèse selon laquelle le changement climatique n’est pas une révolution pour les viticulteurs a été vérifiée. Ce n’est pas un sujet très sensible à leurs yeux. Selon les propos du président de la coopérative, « on s’adapte progressivement » depuis plus de 30 ans. Les entretiens ont même révélé que le changement climatique est plutôt positif pour les viticulteurs car il représente une opportunité d’améliorer la qualité des produits (raisins et vins), mais aussi de changer les méthodes de production. Par exemple, les cépages utilisés, provenant massivement du Sud-Ouest, mûrissent beaucoup mieux, d’où des degrés plus forts, ce qui est particulièrement intéressant pour l’Ugniblanc, cépage servant à produire le Cognac. De même, le viticulteur en conversion biologique rencontré à Ars-en-Ré voit le changement climatique plutôt d’un œil favorable pour les méthodes de production biologiques : avec un climat plus sec, l’herbe pousse moins, et la vigne est moins touchée par les maladies (dont le développement est favorisé par l’humidité), ce qui réduit les besoins de produits phytosanitaires et facilite le travail de la vigne en bio.

Camille Hochedez

Des ceps enherbés et protégés contre les rongeurs (lapins) par des manchons, à Sainte-Marie-de-Ré

L’événement Xynthia ne constitue pas non plus une véritable rupture économique ou professionnelle pour les viticulteurs. Les dégâts sur les vignes ont été plus ou moins importants selon les secteurs, et Ars a été relativement épargné par rapport à La Couarde. Par ailleurs, les pertes économiques liées aux dégâts sur les vignes ont été compensées par le fait que 2010 a été une excellente année de récolte. Enfin, Xynthia a paradoxalement permis d’améliorer le vignoble : « ça doit être l’occasion de rebondir », dit le président de la cave coopérative. C’est-à-dire que l’arrachage de certaines parcelles a permis de renouveler une partie du vignoble. Aujourd’hui, les volumes augmentent puisque les jeunes vignes replantées sont en pleine production. Ce qui gêne davantage les viticulteurs, ce sont les nouvelles mesures de protection qui s’appliquent aussi aux bâtiments agricoles dans le cadre du PPRN : les bâtiments agricoles doivent être surélevés de 1 m. Or cette mesure est incompatible avec les besoins des agriculteurs en matière de stockage des engins.

Ces entretiens ont aussi confirmé que malgré la culture insulaire et l’importance de la météo dans le rythme du travail viticole, les viticulteurs n’ont pas vraiment de culture du risque. Ils savent que c’est la nature qui commande, et sont conscients des risques, mais ont tendance à sous-estimer la fréquence potentielle des événements climatiques extrêmes. Certains nous parlent de cycles de 7 ans, d’autres de pas de temps indéterminés ou très lointains. « Un phénomène comme Xynthia, on ne l’avait jamais vu. Mais ça ne reviendra pas. C’est un concours de circonstance (gros coefficient de marée, faible pression atmosphérique et tempête en même temps) qui ne se réunit qu’une fois par siècle », dit le président de la coopérative. Et le sentiment de vulnérabilité est amoindri par les protections contre le risque submersion (digues) qui ont été entièrement reconstruites après Xynthia et qui sont aujourd’hui quasiment achevées. Les viticulteurs ont la conviction d’être bien protégé grâce à ces aménagements.

Enfin, les entretiens ont éclairé le poids des dynamiques collectives au sein des filières agricoles. Ils ont confirmé le rôle fédérateur joué par la coopérative. Elle réunit tous les acteurs du monde agricole, viticulteurs comme maraîchers. C’est pourquoi elle permet de les représenter au sein des différentes institutions politiques et agricoles. En contrepartie, les agriculteurs rétais sont très peu syndiqués ou investis dans les divers organismes agricoles. La cave coopérative, en finançant la confusion sexuelle et en proposant des produits phytosanitaires autorisés en agriculture biologique, est aussi une actrice de l’évolution de la filière vers une agriculture durable. Beaucoup d’enquêtés considèrent pratiquer une agriculture raisonnée et ne voient pas l’intérêt de passer en bio pour les vignes, culture très technique et exposée aux maladies du bois.

Il est certain que la viticulture de l’île de Ré s’adapte « naturellement » aux conditions insulaires, à l’insécurité climatique. Dynamique liée à la situation insulaire ou au contexte territorial et aux jeux d’acteurs en présence ? La prochaine mission programmée en mai 2017 sur la filière viticole à Oléron apportera, en comparaison, des éléments de réponse à ces questionnements.

Camille Hochedez

« La cuvée Ultimium » (rouge), vendue à la coopérative Uniré

Compte-rendu écrit par Camille Hochedez et Benoît Leroux
Crédits photographiques : Camille Hochedez, 2017


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *