Retour d’un terrain dans le Marais Poitevin, La Rochelle et l’Île de Ré

Les 7 et 8 avril 2016 les membres de Climatepp ont effectué leur première sortie scientifique dans le Parc naturel régional (PNR) du Marais Poitevin ainsi qu’à La Rochelle et Île de Ré. Ponctués de rencontres d’acteurs et découvertes de terrain, cette sortie s’est focalisée sur les enjeux de gestion de l’eau, de prévention du risque de submersion marine, de viticulture dans un espace concurrentiel et de politiques énergétiques. Ces thématiques variées ont permis de nourrir le projet scientifique et de faire émerger de premières synergies collectives.

Lors d’un entretien avec M. Fabrice Laumond, directeur adjoint du PNR du Marais poitevin et au cours d’une promenade scientifique dans le marais mouillé, l’équipe s’est focalisée sur les enjeux de gestion de l’eau. D’une surface de près de 900 000 hectares, l’espace labellisé PNR se compose de trois territoires différents : en amont la zone humide, valorisée touristiquement comme la Venise verte, puis le marais desséché aux terres agricoles fertiles et à l’aval le trait de côte connu pour son tourisme balnéaire à La Faute-sur-Mer et à La Tranche-sur-Mer. L’importance de l’eau pour la productivité des terres agricoles, pour le maintien de l’attractivité touristique du marais mouillé ou sa nécessité vitale dans l’équilibre écologique font de cette ressource un enjeu territorial complexe. Face aux tensions, les acteurs impliqués (État, collectivités, usagers, etc.) sont dans la phase de mise en place d’outils de pilotage qui dépassent la simple gestion quotidienne et règlementaire. Le PNR est dépourvu de tout pouvoir sur la gestion de l’eau. À ce jour deux projets de Schémas d’aménagement et de gestion des eaux existent : celui de la Sèvre Niortaise Marais Poitevin sous l’égide de l’Institution Interdépartementale de la Sèvre Niortaise et celui de Vendée couvrant une partie du Marais Poitevin. Ces documents de planification intègrent entre autre dans leurs objectifs : l’amélioration de la connaissance quantitative des ressources, le développement des pratiques et des techniques permettant de réaliser des économies d’eau, l’amélioration de la gestion quantitative et des étiages. Malgré ces ambitions, le questionnement est de savoir dans quelles mesures ces orientations de gestion prennent en compte spécifiquement et explicitement les scénarii de changements climatiques. Le PNR du marais poitevin n’a lui mené aucune réflexion sur les transformations climatiques en cours. En plus de souligner les difficultés à s’accorder sur des sujets sensibles, cette absence de réflexion pointe le décalage existant entre la sphère scientifique qui produit des informations et données relatives aux scénarios de changement climatique et leurs conséquences et les acteurs du terrain confrontés à d’autres défis ou parfois sans moyens humains et financiers pour agir.

Sur le littoral de la Charente-Maritime, l’équipe s’est intéressée aux Programmes d’actions de prévention contre les inondations (PAPI) et aux réalisations du PSR (Plan Submersion Rapide, lancé en 2011) afin de prévenir le risque de submersion marine. Depuis la tempête Xynthia des 27 et 28 février 2010, les opérations de défense des côtes basses se multiplient dans les zones les plus vulnérables. Pour observer les actions en cours, l’équipe s’est rendue sur le chantier de réaménagement de la digue du Boutillon à l’Île de Ré. Les travaux de renforcement et de surélévation permettront à la digue de résister à une surcote de 0,60 m par rapport à une marée de coefficient 110. Ces travaux se présentent comme une solution pour protéger les personnes, biens et infrastructure et résister à de nouveaux événements météorologiques extrêmes. Ils illustrent également une stratégie d’adaptation basée sur la défense du littoral et non sur le repli anthropique et de renaturation, solutions pourtant envisagées à Aytré (au sud de La Rochelle) ou à la Faute-sur-Mer (Vendée).

Le séjour a également été rythmé par deux autres entretiens collectifs qui ont permis d’aborder des thématiques plus spécifiques. Ainsi Jérôme Poulard, technicien de cultures a présenté les activités de la coopérative viticole et de production de pommes de terre Uniré. Soumises à la pression économiques et aux contraintes environnementales du milieu marin, les activités de la coopérative se développent face à de multiples concurrences. Tout en bénéficiant de l’image de marque du territoire rhétais pour la commercialisation des productions, la coopérative et les producteurs déclarent pâtir des réglementations et des contraintes imposées pour préserver l’intégrité paysagère de l’île.

Denis Paillet, responsable du Plan climat air énergie territorial (PCAET) au sein de la Communauté d’Agglomération de La Rochelle, a quant à lui présenté l’état d’avancement et les difficultés de la mise en œuvre des orientations du PCAET (adopté en 2012) et évoqué les actions entreprises pour l’instauration d’une politique énergétique bas carbone ambitieuse. Malgré l’importance actuelle des politiques climatique locales, il ressort de cet entretien toutes les difficultés rencontrées par les techniciens et les élus dans l’arbitrage des moyens et la définition des choix stratégiques prioritaires pour convertir des intentions publiques en actions concrètes sur dans le domaine de la transition énergétique sur le territoire.

Climatepp

De gauche à droite : Driss El Jihad, Mohamed Taabni, Alain François, Benoît Leroux, Antoine Delmas et Camille Hochedez.

Crédits photographiques : Daniel Peyrusaubes


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search