Compte-rendu de la journée d’étude du 11 mai 2016

Le 11 mai 2016, les membres de Climatepp ont contribué, en collaboration avec le pays de Châtellerault, à l’organisation de la journée d’étude « Territoires, environnement et biodiversité face aux changements climatiques : impacts et adaptations », qui a eu lieu à la MSHS de Poitiers. Cette journée regroupait les interventions d’universitaires sociologues, politistes, géographes, biologistes, mais aussi d’acteurs de terrain. Les riches échanges, dont nous faisons ici un bref compte-rendu, ont questionné la notion d’adaptation, mais nous vous invitons à lire les actes de cette journée qui seront édités d’ici quelques mois dans la revue Norois.

Quand l’adaptation n’est qu’immobilité dans le mouvement

L’étude du changement climatique propose tant de mesurer les modifications de notre environnement que d’analyser la capacité des sociétés à changer de modèle de fonctionnement. Cette seconde dimension relevant davantage du social, de l’économique et du politique mobilise des concepts scientifiques transversaux comme celui de l’adaptation. Comme l’a évoqué Guillaume Simonet dans sa présentation introduisant la journée de manière théorique, l’adaptation désigne à la fois une capacité à agir, un processus et des résultats relevant des actions entreprises. Mais dans les faits, la capacité des acteurs à s’adapter est contrainte par les réalités territoriales, les enjeux économiques, les pressions sociales, etc. Ainsi le titre sibyllin de cette première partie évoque le paradoxe existant entre les transformations supposément attendues par l’adaptation et une réalité marquée par des changements a minima. Ainsi Anouk Bonnemains a évoqué le choix des acteurs des stations de ski de la vallée de la Tarentaise à privilégier les stratégies techniques (neige de culture, modelage des pistes, etc.) pour s’affranchir de la hausse des températures et assurer un bon enneigement de leurs pistes. Cette adaptation technicienne, très couteuse, abandonne toute idée de remise en question du modèle touristique en raison de son importance pour le territoire et de sa rentabilité économique. Ainsi les acteurs ne cherchent pas à résoudre le problème mais le contournent grâce à des solutions traduisant une certaine forme d’immobilisme dans l’adaptation. Soumaya Bahroun a quant à elle mobilisé l’exemple des plages du Golfe du Lion pour illustrer toutes les difficultés à renoncer à un modèle de développement axé sur la littoralisation des activités. En filigrane de ces deux sujets, se pose aussi la question de la temporalité de l’adaptation. Les stratégies en place privilégient des modifications à court terme sans parvenir à s’intégrer dans des dynamiques à long terme ni à des réflexions plus globales.

L’appropriation : un élément clé de l’adaptation

Certaines communications de la journée laissent penser que l’adaptation a minima et les difficultés à mettre en place les stratégies d’action résultent de l’excès d’institutionnalisation des problèmes environnementaux. La régulation et la mise en place des projets émanent des décideurs politiques et des instances publiques marginalisant la place du citoyen. Sur l’île d’Oléron, David Chionne a mis en évidence le manque de connaissance des documents institutionnels de prévention des risques. Ainsi, le Document d’information communal sur les risques majeurs (DICRIM) est quasi-unanimement ignoré par les habitants et les propriétaires de résidence secondaire de ce territoire insulaire menacé principalement par les aléas de submersion marine. Cette situation contraste avec la réussite citoyenne et territoriale des projets de transition écologique plus participatifs évoquée par Guillaume Christen. Les aménagements éoliens développés selon ce modèle en Alsace suscitent un engouement plus marqué et une adhésion des populations. Cette réussite conduit à remettre en question un règlement des problèmes strictement descendant au profit d’une approche participative impliquant davantage les habitants. Cette ouverture ne doit pas pour autant occulter les inégalités existantes entre les citoyens pour s’adapter. Son étude sur deux territoires différents (une commune périurbaine favorisée, et un quartier d’habitat social de Strasbourg) a mis en évidence des inégalités dans la sensibilisation et dans les modalités d’action en faveur de l’adaptation (énergie, éco-gestes), selon le degré de précarité des populations.

L’adaptation, un art de dire

En évoquant la polysémie du terme d’adaptation, Guillaume Simonet a montré toute l’importance de la langue et du discours dans la construction de la pensée. Influencé par l’étymologie et les sens actuelles de l’adaptation en français ou en chinois, il conçoit l’adaptation à la fois comme une grille afin d’interpréter les enjeux et les intérêts locaux, comme une transformation des comportements ainsi que des stratégies d’action et comme un ajustement à travers les processus de résilience. Cette définition dépliée selon trois volets reflète mieux la richesse d’un concept et la pluralité des voies d’action possibles. Clémence Guimont et Rémy Petitimbert, ont eux aussi montré l’importance du discours dans les stratégies d’adaptation. Tous deux s’interrogent sur l’efficacité des inventaires du vivant pour construire des politiques publiques de maintien de la biodiversité, à partir de l’exemple de la Région Nord-Pas-de-Calais. Si leur intérêt est crucial pour comprendre la richesse faunistique ou floristique des écosystèmes, comme l’ont aussi rappelé David Beaune et Clémentine Préau sur la Réserve Naturelle du Pinail, cette manière de dire la biodiversité constitue un mauvais support pour agir sur la préservation du vivant. En proposant une approche quantitative et figés à un instant T, les inventaires ne considèrent pas les interactions entre espèces et présentent une vision réduite de cette richesse. Pour devenir un support à l’action publique, cette représentation biaisée du vivant devrait être notamment enrichie d’éléments relatifs au fonctionnement de l’écosystème territorial. David Chionne a lui aussi souligné l’importance du discours dans la prise en compte du risque de submersion marine à l’Île d’Oléron. Malgré l’existence des documents institutionnels sur les risques naturels, leur manque d’appropriation citoyenne ne permet pas de créer une culture du risque. Ainsi, cette manière institutionnelle de dire les choses semble constituer une première difficulté pour envisager des stratégies d’adaptation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.