Retour de terrain sur les viticulteurs de l’Île de Ré face au changement climatique, juin 2016

Du 21 au 29 juin 2016, Camille Hochedez (géographe) et Benoît Leroux (sociologue) ont effectué une mission de terrain sur l’île de Ré.

Cette mission avait pour objectif d’étudier la thématique de l’adaptation des pratiques agricoles au changement climatique, en se concentrant plus spécifiquement sur la viticulture. Cette activité est particulièrement concernée par le changement climatique, puisque la précocité des vendanges, l’augmentation de la teneur en sucre du raisin et l’évolution de la qualité du vin sont déjà des effets tangibles du changement climatique. Ce premier terrain visait à faire des entretiens auprès des viticulteurs de l’île, pour comprendre leurs représentations du changement climatique, et pour étudier les pratiques qu’ils mettent éventuellement en place pour s’adapter, ou pour lutter contre. L’île de Ré constitue un terrain particulièrement intéressant par rapport à ce questionnement, pour plusieurs raisons : (1) la viticulture a été durement touchée par la tempête Xynthia de 2010 ; (2) l’agriculture y tient une place importante (650 hectares de vignes, et plusieurs centaines d’hectares se répartissant principalement autour des cultures maraichères et des marais salants) et elle est fortement liée à la fréquentation touristique, en raison des paysages qu’elle entretient et des produits qu’elle commercialise sur l’île (vins, pommes de terre AOP, sels, huîtres…) ; (3) elle présente des systèmes agricoles originaux caractérisés par la combinaison de plusieurs orientations (sel, vigne, maraîchage, ostréiculture) souvent sur une même exploitation, et par ailleurs son caractère insulaire confère à la profession agricole des liens spécifiques au territoire (forte autochtonie, place centrale des coopératives de production, faible implantation des organisations agricoles traditionnelles…) ; (4) enfin, à l’échelle du territoire de l’île a été mise en place la technique de la confusion sexuelle, qui permet, par l’installation de capsules libérant des phéromones de papillons parasites (notamment l’eudémis et le cochylis) qui se logent dans le raisin, d’éradiquer leur présence et par là même de réduire l’usage de produits insecticides. L’installation des capsules a été financée à partir de 2012 et durant les premières années par la communauté de Communes de l’île de Ré (grâce à l’écotaxe du pont). Depuis, la Coopérative viticole Uniré, regroupant tous les viticulteurs de l’île, a repris à sa charge cette technique préventive efficace, dont le coût représente 60 000 euros par an mais qui favorise et encourage certaines viticulteurs à engager une transition vers un mode de production plus durable (quelques uns sont déjà en conversion bio ou y songent).

Nous avons réalisés des entretiens semi-directifs auprès de 9 viticultrices et viticulteurs situés sur les communes de Sainte-Marie-en-Ré, le Bois-Plage et La Couarde-sur-Mer (sur un total d’une cinquantaine de viticulteurs), et ayant des profils différents : viticulteurs faisant exclusivement de la vigne, en conventionnel ou en bio voire en biodynamie, ou encore viticulteurs produisant aussi de la pomme de terre. Une rencontre avec un technicien de la Coopérative, en avril 2016, avait permis d’avoir un panorama de la viticulture sur l’île, ce qui a facilité la prise de contact avec les viticulteurs. Cet échantillon a été complété par quatre entretiens auprès d’une employée de la Communauté de Commune de l’Île de Ré (service environnement), d’un élu de la commune de la Couarde, d’un membre fondateur et actif de l’association Ré Nature Environnement, et de l’animatrice du GDAD (Groupement pour le Développement d’une Agriculture Durable). Ces entretiens nous ont permis de mieux comprendre le contexte politique, social et économique du développement agricole et plus spécialement viticole rhétais, et d’avoir le point de vue politique sur les éventuelles actions d’adaptation au changement climatique. Ce premier travail a d’ores et déjà fait émerger quelques clés d’analyse, qui demandent à être approfondies par d’autres entretiens.

Tout d’abord, le « changement climatique », s’il a des effets concrets sur le temps court, perceptible par les viticulteurs sur le calendrier des vendanges (plus précoces), sur le temps météo (avec, ces dernières années, des hivers plus doux mais suivis de printemps pluvieux, auxquels s’ajoutent plus fréquemment des évènements météorologiques extrêmes comme les orages de grêle) et sur la qualité du raisin (plus sucré, donc vin plus fort en alcool), n’est pas perçu comme une menace ou comme un risque par les viticulteurs. Ceux-ci relativisent ces aléas et expliquent comment ils parviennent à s’y adapter en faisant évoluer (à la marge) leurs pratiques viticoles (changements techniques, évolution des cépages, etc). Ainsi, le « changement climatique » ne semble pas être, à première vue, une problématique importante pour eux, ni pour les politiques, d’autant que la diversification des cultures sur une même exploitation (pomme de terre AOP) permet de sécuriser leurs revenus en cas d’aléas météorologiques importants sur la vigne.

L’émergence récente de la viticulture biologique sur l’île (investie par des agriculteurs plus jeunes) n’est pas vue, dans leur esprit, comme une pratique d’adaptation au « changement climatique ». Cela est d’autant plus surprenant que la plupart des viticulteurs rencontrés ont été touchés, parfois durement, par la tempête Xynthia de 2010. Mais aucune stratégie d’adaptation n’a été mise en œuvre en cas de réapparition de ce phénomène extrême à une échéance d’ailleurs perçue de manière plus ou moins lointaine par les viticulteurs : suite à la tempête, ils ont arraché et replanté quasiment tous sur les parcelles ayant été inondées, avec quelques variations de cépages pour favoriser une rotation sur les vignes. Le risque est accepté, et largement oublié, car « ce n’est que de la vigne », et que les aléas climatiques « font partie du métier ». Si la valeur patrimoniale des paysages viticoles est reconnue par les collectivités, elle ne semble pas influencer la perception du risque par les viticulteurs : pour eux, la vigne est avant tout un outil de travail, une source de revenus. Nous avons cependant noté des différences de perception et d’effets (réels ou imaginés) de la tempête selon la localisation des viticulteurs (la commune de La Couarde a été particulièrement touchée), la localisation des parcelles, les types de cépage, et selon le moment où la tempête intervient dans le parcours de l’agriculteur (la tempête est plus dommageable pour les jeunes récemment installés, devant faire face à de gros investissements, que pour les viticulteurs plus âgés ayant largement amorti leurs prêts)… Malgré des pertes économiques importantes, la tempête a occasionné un arrêt d’activité uniquement pour deux viticulteurs.

La résilience du système viticole face à la tempête est liée à plusieurs facteurs. D’une part, la coopérative viticole et maraîchère, regroupant tous les viticulteurs et quasiment tous les producteurs de pomme de terre AOP de l’île, a joué un rôle de solidarité lors de l’épisode Xynthia (dons de vendanges entre agriculteurs, prêt de champs pour semer les pommes de terre), en plus de la solidarité spontanée entre agriculteurs. D’autre part, la résilience est liée aussi à la diversification des exploitations et notamment à la culture de la pomme de terre, dont les effets du sel sur les cultures sont moins problématiques et moins durables, et qui permet d’avoir une trésorerie rapide tout de suite après la récolte, contrairement au raisin. Le contexte économique est extrêmement favorable à l’agriculture de l’île, puisque le tourisme soutient une forte demande pour les produits locaux, que la production n’arrive pas à satisfaire ; de fait, durant l’hiver 2014-2015, il ne s’est jamais autant planté de vignes sur l’île ! Et les agriculteurs cherchent des parcelles pour agrandir leur surface (notamment pour les rotations de pomme de terre). Enfin, le risque climatique passe au second plan, car d’autres problèmes sont plus gênants au quotidien, en particulier la prolifération des lapins, qui mangent le bois des ceps de vigne ainsi que les champs de céréales.

D’autres thématiques permettant de contextualiser la perception du « changement climatique » par les viticulteurs de l’île ont également été abordées, comme le rôle de la coopérative viticole, les caractéristiques générales des exploitations et les trajectoires sociales des viticulteurs, débouchant sur l’identification de plusieurs groupes de viticulteurs, les spécificités liées à la dimension insulaire du territoire (thématique de l’autochtonie), l’affaiblissement symbolique et économique du monde agricole, la problématique foncière en lien avec le fort développement du tourisme sur l’île, et les jeux d’acteurs et conflits liés aux choix techniques de production et aux options alternatives de transformation et de distribution (viticulture biologique, vinification en chais privés…).

Pour donner suite à ce terrain, il est prévu de faire des entretiens complémentaires sur l’île de Ré avec différents acteurs du monde viticole (notamment des viticulteurs ayant pris leur distance avec la coopérative mais aussi des viticulteurs qui pratiqueraient également une activité ostréicole et/ou saline). De futures missions similaires sur l’île d’Oléron et dans le Haut-Poitou devraient aussi permettre de comparer les situations et d’évaluer les spécificités et points communs entre les différents bassins viticoles.

Capsules de phéromones installées sur les exploitations dans le cadre de la confusion sexuelle. à droite, l'ancien modèle, commercialisé par BASF. à gauche, les nouveaux modèles sous forme de filament, commercialisés par une entreprise italienne.

Capsules de phéromones installées sur les exploitations dans le cadre de la confusion sexuelle. à droite, l’ancien modèle, commercialisé par BASF. à gauche, les nouveaux modèles sous forme de filament, commercialisés par une entreprise italienne.

 

Plants de vigne d'une exploitation biodynamique de l'île. On voit que le sol est très épais, peu travaillé, avec les mauvaises herbes qui sont laissées dans les inter-rangs.

Plants de vigne d’une exploitation biodynamique de l’île. On voit que le sol est très épais, peu travaillé, avec les mauvaises herbes qui sont laissées dans les inter-rangs.

 

Compte-rendu écrit par Camille Hochedez et Benoît Leroux
Crédits photographiques : Camille Hochedez, 2016


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.