Rencontre d’un acteur du secteur solaire photovoltaïque – AGRISOLEIL Innovation

Le 28 juillet 2017, Daniel Peyrusaubes (RURALITES) a rencontré Benoît MATHIEU, dirigeant de l’entreprise AGRISOLEIL Innovation. L’entretien s’est réalisé à l’Agropole de Mignaloux-Beauvoir (86) où est hébergée la société. L’objectif était d’échanger avec un acteur du secteur privé de la filière solaire photovoltaïque. Cette filière produit de l’énergie électrique par transformation du rayonnement solaire en électricité grâce à des cellules photovoltaïques agglomérées en panneaux.

Stratégies d’émergence de l’entreprise

AGRISOLEIL Innovation est une entreprise commerciale (S.A.R.L) qui développe des projets dans les énergies renouvelables (EnR), et particulièrement dans le solaire photovoltaïque. Créée en tant que telle en 2016, elle est en fait une filiale de la société AGRISOLEIL 86 fondée en 2009 dans la Vienne. Cette dernière a d’abord débuté son activité dans le secteur agricole car ce sont des agriculteurs locaux qui sont à l’initiative de l’entreprise. Ils voulaient développer des moyens de production électrique ; ils décidèrent alors de s’associer pour mener leurs projets collectivement. Un premier petit groupe initial se rend compte qu’il n’est pas possible de mener seul ce type de projets, car les exploitants agricoles sont déjà très occupés par leur métier. Il est alors décidé de recruter une personne pour les aider.
Benoît Mathieu, originaire de la région, eut connaissance de cette information, postula à l’annonce et fût recruté. De formation académique industrielle et commerciale, il portait à l’époque (2008/09) de l’intérêt pour les projets innovants dans les EnR, d’autant qu’il y avait une effervescence dans le solaire suite au Grenelle de l’Environnement en 2007. La filière « solaire », qui était jusqu’alors confidentielle, émerge véritablement à cette époque.

L’entreprise AGRISOLEIL Innovation compte actuellement trois personnes. Sa mission est d’assurer le développement et l’exploitation de centrales de production photovoltaïques, particulièrement dans les exploitations agricoles de la Vienne et des départements limitrophes. Dans les zones d’élevage en particulier, il y avait un certain nombre d’anciens bâtiments qui nécessitaient d’être remis à niveau.
L’activité s’est fortement développée à partir de 2008/09, dans un contexte politique et économique très favorable suite au Grenelle de l’Environnement (2007). Dès 2006, le prix de vente de l’électricité d’origine photovoltaïque fût fortement subventionné par l’Etat par rapport au prix du marché (prix vendu jusqu’à 10 fois plus élevé que le prix du marché). De plus, ce prix de vente était garanti pendant 20 ans, ce qui donnait au porteur de projet une confortable lisibilité pour le chiffre d’affaires. Cette phase d’aide fût nécessaire car, à l’époque, le coût de la technologie photovoltaïque était élevé puisqu’elle n’était pas encore au stade industriel. Il fallait donc provoquer un effet d’amorçage, en particulier auprès des investisseurs. Mais la limite d’une subvention est qu’elle doit être pilotée. Or, l’Etat s’est fait débordé à partir de 2010/11, époque où la filière est devenue mâture, le prix du matériel ayant nettement baissé. Or, la subvention ne fût pas ajustée en conséquence. La rentabilité des projets ne cessant d’augmenter, la spéculation est apparue ! Il y eut ainsi un effet d’aubaine avec beaucoup de projets spéculatifs, avec des porteurs de projets, entre autres en milieu agricole, qui n’avaient pas forcément besoin d’un nouveau bâtiment.
Victime de ce succès imprévu, les pouvoirs publics réagissent fin 2010 en décrétant un moratoire pour limiter cette évolution. Bien que nécessaire pour apurer la situation, cela eut pour conséquence de briser la dynamique de la filière. Concrètement, la subvention est passée d’un prix de vente de 60 cts/kWh en 2008/09 à environ 10 cts/kWh en 2017. Parallèlement, durant cette même période, le prix du matériel (panneaux photovoltaïques en particulier) a également fortement baissé. Finalement, on peut penser que les subventions de l’Etat ont indirectement alimenté des usines de panneaux solaires, en précisant que ces usines sont très majoritairement localisées en Asie. Il eut été préférable que l’Etat régule le secteur de manière plus précise.
Ainsi, à partir de 2011, un certain nombre de projets ont été rejetés par l’Etat, cela a généré un certain nombre de contentieux. De même, les financeurs se sont interrogés sur la pérennité du secteur. Et les « politiques » ont accompagné cette période d’un discours négatif sur la filière qualifiée de spéculative, pas saine, véhiculant ainsi une mauvaise image dans l’opinion publique. Face à cette situation, l’Etat a donc radicalement renforcé la réglementation alors que cela n’était pas nécessaire. Précisions que cette image-là (la spéculation) continue encore aujourd’hui d’être gravée dans certains esprits de l’Administration (Ministère de l’environnement, services de l’urbanisme, Ministère de l’agriculture), et les décrets et les lois ne changent pas si facilement.

Dans ce contexte professionnel, AGRISOLEIL Innovation est une structure de pilotage de projet en amont, et sous-traite toutes les activités de conception, de réalisation et d’exploitation auprès d’entreprises de la région. Elle a une mission de maître d’ouvrage dans le sens où elle développe des outils internes pour la production des centrales photovoltaïques, mais également pour des tiers dans l’assistance à maîtrise d’ouvrage où elle intervient en termes de conseil, d’appuis technique. Son rôle est de faire émerger des projets et de les accompagner au mieux jusqu’à leur aboutissement. Pour cela, la société fait appel à des entreprises pour les aspects juridiques, financiers, techniques (conceptions électriques, de charpentes de bâtiments…). Plutôt qu’une entreprise qui aurait internalisé tous ces moyens, cette société a fait le choix de travailler en réseau, d’être une structure légère, et de lier des partenariats avec les différentes entreprises qui interviennent dans les projets.

Le déroulement d’un projet de bâtiment solaire photovoltaïque

La première étape est l’étude de faisabilité du projet. Cela consiste d’abord en une visite chez le porteur du projet, pendant laquelle sont évalués concrètement les besoins et les objectifs. Suite à cette étude sont décidées la surface à équiper et la puissance électrique nécessaires au projet. Le bâtiment associé doit être en cohérence avec les attentes du porteur du projet. Cette première phase doit également prendre en compte les règles d’urbanisme qui s’appliquent sur le territoire concerné. Enfin, AGRISOLEIL Innovation vérifie que le projet n’est pas que spéculatif. Cette première étape peut être assez rapide, généralement moins de deux mois.

La deuxième phase est administrative, dure beaucoup plus longtemps que la première, et se décline en 2 temps. C’est d’abord la partie « urbanisme » avec les demandes de permis de construire pour les bâtiments ; cette période dure entre 4 et 5 mois en moyenne. La seconde demande beaucoup plus de patience. C’est une étape qui doit aboutir à la validation du processus d’obligation d’achat de l’électricité d’origine photovoltaïque avec des partenaires, en l’occurrence ENEDIS et EDF ; c’est en fait l’application du dispositif de subvention de la filière.
Ce deuxième moment est assez compliqué. D’une part, comme la filière est subventionnée par l’Etat, celui-ci a un droit de regard sur ce qui est fait sur le terrain (technologie employée, coûts…), générant des dossiers conséquents à renseigner. D’autre part, l’interlocuteur ENEDIS / EDF est, dans le secteur de l’énergie électrique, un acteur en quasi monopole, même si en Vienne il y a SOREGIES qui est une régie locale (comme en Deux-Sèvres, et quelques autres rares départements en France). Cet acteur est le producteur et distributeur historique d’électricité en France, en situation de monopole jusqu’à ces récentes années. Or, AGRISOLEIL Innovation participe à mettre en place (par les projets) des moyens de production en concurrence directe avec ce partenaire majeur, avec de nouvelles technologies, et une approche bien différente de ce qui s’est fait pendant des décennies. EDF a des moyens de production autres, historiquement le nucléaire, l’hydraulique et quelques centrales thermiques.
La difficulté principale vient du fait que les projets vont injecter une production électrique sur le réseau d’ENEDIS. D’un point de vue technique c’est assez simple. En revanche, la nouvelle variable est le changement d’échelle car l’on passe d’un réseau très centralisé qui alimentait le consommateur final, et qui pouvait être éloigné du lieu de production, à une nouvelle architecture très locale au maillage plus direct. C’est donc un changement culturel pour ENEDIS/EDF car, de fait, ils ne détiennent plus tous les moyens de production, et ne peuvent plus les piloter. De plus, le solaire, l’éolien, sont des énergies intermittentes. On intervient différemment sur le réseau puisqu’on est en système décentralisé. De même, on est en concurrence directe car l’électricité d’origine renouvelable est prioritaire en termes d’injection sur le réseau (réglementation de l’UE) ; s’il y a beaucoup de soleil et/ou de vent, il faut donc réduire la production des autres énergies, donc ajuster à la baisse la capacité de production ; cela dégrade alors momentanément la rentabilité des outils de production d’EDF (centrales nucléaires, centrales thermiques…). Il y a donc quelques réticences d’ENEDIS/EDF quand il s’agit de traiter de nouveaux projets.
Or, du point de vue réglementaire, ENEDIS/EDF sont obligés d’accepter l’électricité produite dans les nouvelles unités d’énergie renouvelable, ne peuvent pas fixer le prix de vente de l’électricité puisqu’il est réglementé par l’Etat, et doivent assurer le raccordement physique au réseau électrique national. Ces deux acteurs essaient donc de résister par tous les moyens légaux. Ils « jouent » sur la réglementation technique et sur le coût des travaux de raccordement au réseau. Depuis 2009, ces derniers ont triplé voire quadruplé pour des prestations équivalentes. Cela leur permet de freiner le développement des projets ! Ils abusent de la réglementation technique en amplifiant légalement toutes les normes qu’il est obligatoire de respecter.

On comprend dès lors que cette deuxième étape dans l’élaboration d’un projet dure environ une année. Le travail d’une société comme AGRISOLEIL Innovation se place donc dans cette partie de discussions avec ces deux grands acteurs pour définir les solutions techniques qui soient les moins coûteuses pour le porteur de projet et pour que le process se déroule bien. Mais avec des dossiers de plus en plus volumineux, l’objectif d’ENEDIS/EDF est clairement de diminuer le nombre de projets validés. En 2008, les demandes représentaient une page recto-verso, aujourd’hui c’est une quarantaine de pages et des annexes. A cela il faut ajouter une réglementation très évolutive à laquelle il faut s’adapter.

La troisième phase est également sensible puisqu’il s’agit de trouver le financement auprès d’un partenaire bancaire qui n’a pas forcément les compétences pour ce type de projet. Et comme le secteur est compliqué et peu lisible, les banques ne sont pas très motivées pour s’engager. Un point qui facilite néanmoins la négociation est que, dans les contrats, le prix de vente de l’électricité est garanti sur 20 ans ; cela limite la prise de risque pour la banque. Mais il faut également montrer que le porteur de projet maîtrise bien les cadres juridique et technique. Environ la moitié des banques savent contracter dans ce type de projets d’EnR car elles ont des compétences ; mais ces compétences techniques et réglementaires en interne doivent être maintenues à niveau. Certaines banques n’ont pas fait ce choix stratégique et ne financent donc pas les projets d’EnR. Il n’est donc pas si simple de trouver les financements.

Ultime étape, la construction. C’est finalement la plus rapide puisque les bâtiments sont généralement faciles à construire. Il faut prévoir environ un mois et demi mais, en temps de travail cumulé, ce sont environ deux semaines.

Vue de terrain : la filière photovoltaïque aujourd’hui et la problématique des subventions

Aujourd’hui, le principal moyen de production d’électricité d’EDF sont les centrales nucléaires, dont leur devenir alimentera les débats de société à venir. Pour le moment, la position du producteur historique est de maximiser leur utilisation dans le temps. Il développe néanmoins les EnR, mais semble-t-il plus pour occuper le terrain que pour en faire de réels moyens alternatifs. EDF Energies Nouvelles est une filiale d’EDF qui développe du solaire, de l’éolien, mais c’est un acteur parmi d’autres, et pas très dynamique sur le marché métropolitain. En revanche, plus de moyens sont déployés à l’étranger.
Pour AGRISOLEIL Innovation, l’enjeu principal est de pouvoir travailler sans les acteurs historiques qui ralentissent son développement. Du point de vue des aspects techniques propres à électricité il n’y pas d’obstacles particuliers, autre que celui de la norme qu’ils vont instaurer, justifiée par la sécurité et le désir de piloter le réseau. Mais c’est en fait une surqualité et, clairement, une barrière réglementaire. Sur les aspects coûts, jusqu’en 2011, pour développer les EnR, la collectivité subventionnait les travaux de raccordement au réseau jusqu’à hauteur de 40%. ENEDIS et EDF ont obtenu que cette subvention disparaisse. Or, ces coûts de raccordement peuvent représenter jusqu’à 20 à 25% des projets, c’est un poste budgétaire très important dans l’économie des projets d’EnR.

Seul le pouvoir politique peut améliorer cette situation compliquée. Mais quel véritable poids ont les responsables politiques face à EDF ? Qui pilote qui ? C’est un rapport de force, fonction d’une volonté plus ou moins affirmée.
Jusqu’à présent, un projet ne pouvait pas aboutir sans aide publique. Il faut donc reconnaître le rôle majeur des politiques publiques en la matière. Mais l’objectif est de faire disparaître les subventions. Apparemment, on est encore loin du compte car lorsqu’on examine, à l’échelle mondiale, les environnements juridiques encadrant les filières en EnR, le système français est probablement l’un des plus complexes. C’est par exemple beaucoup plus facile de développer des projets au Chili, en Indonésie ou en Inde qu’en France.
Notre réglementation juridique est très détaillée, complexe, segmentée. Par exemple, on doit distinguer avec précision le cadre de production de l’électricité renouvelable : selon qu’il soit résidentiel, agricole (toitures bâtiments photovoltaïques), en champs solaire, en système éolien… les règles ne sont pas identiques. L’UE a fixé des règles générales, mais c’est dans l’application nationale que les choses sont complexifiées. Certes, il faut un cadre réglementaire précis. Mais le secteur des EnR est récent, il évolue rapidement, certainement trop par rapport à la temporalité d’action des législateurs.
On est aujourd’hui à un carrefour où le niveau des subventions est bas pour les projets d’EnR. L’effet d’appel quand le tarif d’achat était élevé a désormais disparu, les subventions et aides diverses ont clairement diminué car on en a vu les limites. Cette évolution est donc une bonne chose. Il faut maintenant simplifier le cadre réglementaire qui est aujourd’hui illisible pour un porteur de projet. On devrait pouvoir aller acheter dans un magasin ses panneaux photovoltaïques, et les faire installer par un électricien compétent pour être aux normes. Mais aujourd’hui, c’est interdit !

A l’échelle régionale, AGRISOLEIL Innovation connaît bien ses concurrents. Les relations sont bonnes car le secteur est nouveau et il y a beaucoup de porteurs de projet (individuels et industriels). L’enjeu climatique est là, la puissance publique a envoyé des signaux forts sur le sujet (Grenelle, COP 21, loi TEPCV…). Les collectivités ont bien compris l’enjeu. Il y a donc du travail pour tout le monde. La difficulté pour ce type d’entreprise est d’arriver à ajuster leurs process, leur organisation, leurs coûts, pour s’approcher du prix du marché (environ 4 à 5 cts / kWh). Une collaboration existe dans ce sens entre tous les acteurs de la filière.
Benoît Mathieu relève d’autre part la chance de bénéficier d’une régie locale d’électricité à Poitiers (SOREGIES). Il existe ainsi une culture de développement dans le secteur électrique, ce qui n’est pas le cas ailleurs en France où EDF est en situation de monopole. SOREGIES a sa filiale SERGIES qui développe les EnR. Ce sont également des entreprises qui ont débuté leur activité en fabriquant des panneaux solaires (par exemple VMH à Châtellerault). Il y a un réel pôle de compétences dans ce secteur du solaire, c’est un atout pour la Vienne.
Aujourd’hui, l’objectif de la société est de développer des moyens de production agricole qui seront amortis en 20 ans grâce au solaire. Il ne s’agit plus d’un contexte économique de rentabilité immédiate. Actuellement, dans les installations photovoltaïques, l’électricité est quasiment vendue en totalité car la production se situe entre 10h et 17h00, moment où l’ensoleillement potentiel est maximal. Pour autoconsommer cette électricité, il faudrait donc l’utiliser dans ce même créneau horaire, sinon c’est à perte (hormis un équipement onéreux en batterie). Est donc laissé au gestionnaire, ENEDIS/EDF et les autres acteurs, le soin de réguler cette production d’électricité.
La rentabilité des projets d’aujourd’hui a fortement baissé. Pendant 15 ans, l’agriculteur va rembourser le prêt pour son bâtiment photovoltaïque, et ce n’est que les 5 années suivantes qu’il va revenir au point d’équilibre financier et faire un petit bénéfice. L’équilibre est certes réalisé sur 20 ans mais l’agriculteur profite d’un bâtiment neuf avec une toiture en panneaux photovoltaïques. Certes il y a un gain final, mais c’est surtout un outil de développement de son activité agricole (cf exemple de l’EARL MICHEL ci-après). C’est en quelque sorte une aide à l’investissement.
Les projets que privilégie aujourd’hui AGRISOLEIL Innovation concernent des personnes qui ont besoin de bâtiments couverts à des fins agricoles, industrielles, ou même en collectivité territoriale. Et quitte à faire un bâtiment, pourquoi ne pas le couvrir de panneaux photovoltaïques ! C’est dans l’air du temps et, sur 20 ans, l’investisseur est gagnant. Tous les agriculteurs de la région ne le font pas, certains viennent encore avec la première approche de rentabilité immédiate (50% environ des porteurs de projet). L’entreprise ne travaille plus dans cet esprit-là. Les mentalités évoluent favorablement dans les campagnes, mais lentement. Quant à l’Administration, elle reste encore trop sur l’idée de la spéculation. Or, à 11 cts/kWh, ce n’est plus possible !

Exemple d’un projet de bâtiments agricoles photovoltaïque piloté par AGRISOLEIL Innovation

Suite à l’entretien avec Benoît Mathieu, une visite sur site est réalisée à l’EARL MICHEL, exploitation agricole située à Saint Benoît (86). Nous sommes reçus par le chef d’exploitation, Mr Jean-Pierre Michel. Il s’agit de la construction de deux bâtiments agricoles équipés en panneaux photovoltaïques.

Photographie 1 : Bâtiment agricole photovoltaïque avec un récupérateur d’eau pluviale

Outre les panneaux sur la toiture la plus ensoleillée, l’installation comporte également des onduleurs qui transforment le courant électrique continu produit en courant alternatif.

Photographie 2 : onduleurs transformant le courant électrique continu en courant alternatif

Projet intégré, la fonction de production d’électricité renouvelable alimentant directement le réseau national est complétée par celle de stockage de céréales ou entreposage de matériel agricole. L’objectif de ce projet est bien de moderniser l’exploitation agricole tout en participant à la transition énergétique.

Photographie 3 : stockage de grain dans le premier bâtiment agricole photovoltaïque


Photographie 4 : machines agricoles dans le second bâtiment photovoltaïque

Crédit photographique : Daniel Peyrusaubes, juillet 2017.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.