La filière agricole, actrice de la méthanisation : le GAEC La Baie des Champs (Vienne)

Le 22 juillet 2017, Daniel Peyrusaubes (géographe) s’est rendu au GAEC La Baie des Champs situé à Sèvres – Anxaumont dans la Vienne. L’objectif était de rencontrer Yves DEBIEN, l’un des deux associés du GAEC (le second est Eric SABOURIN), pour découvrir un exemple remarquable en matière de développement agricole dans le contexte actuel du changement climatique et de la réduction des rejets des gaz à effet de serre et, plus globalement, d’un développement soutenable.

Dans le cadre de l’Observatoire, l’équipe s’intéresse aux aspects d’adaptation au changement climatique dans les territoires, mais également à toute action d’atténuation en matière de rejet de gaz à effet de serre, l’ensemble étant influencé par les politiques publiques. La thématique « énergie » y trouve ainsi toute sa légitimité. La singularité du GAEC La Baie des Champs tient à la présence d’une importante unité de méthanisation, mais également d’une plateforme de compostage de déchets verts, d’une huilerie, et d’un magasin de vente directe. Ces différentes activités participent directement d’un développement agricole vertueux, dont nous allons présenter les points essentiels.

Le GAEC est avant tout une exploitation en polyculture élevage puisqu’elle se caractérise par 340 ha de cultures diverses et par un élevage d’environ 200 truies naisseur-engraisseur.
Au début de l’entretien, Y. Debien aime à préciser qu’il s’agit, avec sa fille qui développe un élevage de volailles depuis quelques années, de la 6e génération sur l’exploitation familiale. Natif des lieux, ce dynamique agriculteur est plus que cela : il est un vrai entrepreneur, un homme soucieux de développer son activité agricole avec un objectif de performance économique et environnementale et, de la sorte, de participer activement à la dynamique du territoire qui l’accueille depuis plusieurs décennies. Cette dynamique professionnelle est réfléchie, en totale synergie avec les problématiques environnementales contemporaines, et en bonne intelligence avec les quelques opportunités générées par les politiques publiques.

Précédant le projet de l’unité de méthanisation, la plateforme de compostage de déchets verts fût la première étape du développement de l’exploitation agricole. Il y a 13 ans de cela, Y. Debien a l’idée de ce projet car, en tant qu’élu local mais aussi citoyen, il fait le constat d’une gestion irrationnelle des déchets verts de sa commune : par l’absence d’infrastructure locale, ces derniers étaient acheminés dans une démarche à plus de 50 km. Or, Y. Debien avait déjà une expérience avec l’abattoir de porcs de Saint-Maixent (79) dont il est l’un des responsables professionnels. En effet, les boues issues de l’abattoir étaient mélangées aux déchets verts de la Communauté de communes (activité déléguée par la collectivité), ce qui produisait un très bon compost qui était ensuite distribué aux agriculteurs locaux. Ce même système vertueux fût alors proposé par Y. Debien, dans le cadre du GAEC La Baie des Champs, à la Présidente de Région de l’époque qui valida le projet rapidement.
Aujourd’hui, les déchets verts produits sur la Communauté de communes dans un rayon maximum de 10 km parviennent quotidiennement à la plateforme de compostage, et sont rémunérés de 20 à 28 € /t (pesée par pont-bascule). Sur ces déchets verts qui sont broyés, et qui sont en partie transformés en granulés pour des chaudières collectives (comme celle du CHU de Poitiers) ou individuelles, mais également en paillage ou en sciure, est ajouté du digestat de l’unité de méthanisation. Ce digestat, matière solide issue du digesteur et très riche en phosphore et en potasse, enrichit le compost ainsi réalisé qui bénéficie également d’apports d’eaux récupérées sur d’autres plateformes ainsi que des boues de nettoyage des stations d’épuration des communes rurales voisines. Après un peu plus de 3 mois d’un process de fermentation bien maîtrisé, l’excellent compost est alors épandu dans les champs du GAEC et d’une dizaine d’exploitations voisines. Cet amendement naturel fixe bien les éléments fertilisants qui sont ensuite redistribués aux plantes dans d’excellentes conditions car ces dernières se nourrissent au fur et à mesure de leurs besoins. De plus, ces éléments nutritifs sont fixés sur le complexe argilo-humique, gros avantage écologique car cela évite les lessivages de sol.
Une huilerie participe à son tour au développement du GAEC, toujours dans un esprit de respect de l’environnement et de bon sens paysan. Cette installation a concrétisé le regroupement en CUMA de 18 agriculteurs dans un rayon de 10 km autour du GAEC, tous producteurs de colza et de tournesol. Il y a une dizaine d’années, Y. Debien effectue plusieurs déplacements en Allemagne, entre autres pour visiter des presses à colza. L’une de ces installations pressaient la graine de colza, récupérait le tourteau pour donner au bétail, ainsi que l’huile qui était revendue soit pour l’alimentation humaine soit comme additif au diésel pour les voitures. Suite à cette visite, il propose son projet d’huilerie à la région Poitou-Charentes qui, au vu du succès du projet de plateforme de compostage, valide la proposition et lui accorde une aide financière. La Région participe ainsi à hauteur d’environ 20% pour la presse. Initialement, huit agriculteurs participaient au projet (ils faisaient près de 90% du chiffres d’affaires), puis d’autres petits agriculteurs voisins les ont ensuite rejoints, ceux qui étaient réticents au départ de l’aventure (!). Le colza a été très bien rémunéré, ce qui a donc évité à l’huilerie d’acheter du soja américain par exemple.
Cette activité a permis au GAEC de récupérer 10 à 15% d’autonomie en protéines par le colza et le tourteau de tournesol locaux. Prochainement, il est prévu d’être équipé techniquement pour utiliser du soja métropolitain. Il y a déjà beaucoup de soja dans le Sud-Ouest de la France et dans la vallée du Rhône. Mais il faut de l’eau, autant que pour le maïs. Aujourd’hui, le GAEC est quasi autonome pour les rations alimentaires des porcs, plus besoin d’acheter de la nourriture, ou très peu.

Cette autonomie se retrouve également en matière d’électricité. En effet, l’exploitation comporte deux hangars dont les toitures exposées au sud sont louées à la SOREGIES (fournisseur historique d’électricité dans la Vienne). Les panneaux photovoltaïques installés produisent toute la consommation nécessaire à l’exploitation agricole (bâtiments d’élevage et d’habitation), l’excédent est exporté sur le réseau et donne lieu à une rétribution annuelle sur la base d’un forfait de rachat de l’électricité fixé par l’Etat. Pour alimenter la problématique de la longueur d’instruction administrative et réglementaire de ce type de projet, comme le terrain prévu pour la construction des hangars n’avait pas le statut de foncier « agricole constructible », il a fallu une procédure simplifiée du PLU ; cette procédure dura 29 mois !

Le projet d’unité de méthanisation est d’une tout autre envergure (photographie 1), ne serait-ce que par son enveloppe financière globale d’environ 2,7 millions d’euros (contre 350 000 euros pour la plateforme de compostage). La très haute technologie installée explique un tel montant d’investissement.

Photographie 1 : unité de méthanisation du GAEC La Baie des Champ

Le principe est désormais bien connu : un ensemble de déchets fermentescibles alimente un digesteur biologique qui produit du biogaz. Ce dernier permet la production d’électricité via une génératrice (c’est le principe de la cogénération), équivalant à la consommation annuelle d’environ 1800 habitants. En moyenne, ce sont environ 1000 € d’électricité produite / jour. Mais le processus de fermentation dégage également de la chaleur. Cette énergie calorifique est utilisée pour le chauffage interne du digesteur, pour chauffer les porcheries, les habitations et les serres maraîchères biologiques du GAEC. Dans ce process industriel très vertueux puisque rien ne se perd, tout se transforme, il faut ajouter la production du digestat. Ce résidu solide, utilisé en partie pour la fabrication du compost, est un engrais hautement assimilable par les plantes et, surtout, désodorisé ; il peut donc être épandu dans les champs sans incommoder le voisinage, condition sine qua non pour que l’élevage de porcs de l’exploitation puisse perdurer.
Concernant les matières fermentescibles qui « nourrissent » l’installation, elles sont stockées dans trois fosses enterrées, les odeurs étant séquestrées par une canalisation spécifique. Les camions vont et viennent quotidiennement livrer leurs cargaisons. On peut citer : des eaux de nettoyage d’une laiterie, d’une huilerie, du lait périmé, du fumier de volailles, des biodéchets alimentaires…Mais est surtout ajouté le lisier de l’élevage de porcs de Baie des champs, dont la fonction essentielle est de servir de ferment pour l’ensemble des autres produits biodégradables.
L’installation standart est de technologie allemande, mais avec une adaptation en fonction des matières qui alimentent le système. Ici, beaucoup de matières différentes sont concernées ; à ce titre, il y a donc eu l’ajout d’un système d’hygiénisation (phase de chauffe des matières à 80°C pour détruire tous les microbes et bactéries) que l’on ne retrouve pas dans tous les méthaniseurs.
Y. Debien a suivi tout le montage de l’installation. Mais avant de s’engager, il a visité une cinquantaine d’installations. Selon lui, il faut en visiter beaucoup pour savoir quoi faire, et surtout ne pas faire ! Tout le système est informatisé et peut se surveiller/piloter à distance. Enfin, tous les jours le digestat est analysé pour mesurer de multiples facteurs (acides gras, pH, température, gaz…) ; les résultats sont saisis sur ordinateur, mais également consignés sur un cahier (ce support n’a aucun risque de perte d’information).

Au cours de la discussion, nous avons relevé un bilan critique constructif, car argumenté, de cet agriculteur très actif, jamais à court d’idées pour progresser dans son métier. Pour l’unité de méthanisation, si rien n’aurait pu se faire (a priori) sans subvention publique (la Région ex Poitou-Charentes puis Nouvelle Aquitaine a participé à hauteur de 265 852 €, l’ADEME du même montant, et l’Agence Loire-Bretagne de 121 377 €), l’expérience vécue a révélé des inconvénients. Sous couvert de subventions, on est parfois amené à faire de mauvais choix techniques, à prendre des décisions pas forcément optimales, à collaborer avec des bureaux d’études parfois incompétents en matière de matériels industriels spécifiques. Mais on peut aussi avoir le dernier mot ; sans cette marge de manœuvre, le projet n’aurait peut-être pas abouti.

Ce qui nous amène à penser que les politiques publiques ont bien une réelle utilité puisqu’elles vont inciter les territoires et les entrepreneurs de tous horizons à construire des projets : les aides financières et les divers soutiens techniques sont nécessaires. Mais elles doivent probablement gagner en professionnalisme, en concertation rapprochée avec les acteurs de terrain les plus compétents, et en simplification administrative et réglementaire. Dans cet exemple de l’unité de méthanisation de la Baie des champs, le projet a mis 7 années avant d’aboutir. C’est définitivement trop long, et cela n’envoie pas un bon signal à toutes les bonnes volontés pour développer les territoires, qui plus est en respect du bien commun qu’est l’environnement. Des progrès sensibles sont tout à fait possibles, il faut juste une réelle cohérence des politiques publiques à moyen et à long terme, et non plus à l’échelle du mandat électoral.

Crédit photographique: Daniel Peyrusaubes, juillet 2017.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.