Retour de terrain sur les viticulteurs de l’Île d’Oléron face au changement climatique, novembre 2017

Après une première mission exploratoire effectuée avec Benoît Leroux en mai 2017, Camille Hochedez et Antoine Delmas sont revenus en octobre 2017 sur l’île d’Oléron pour enrichir le travail mené auprès des acteurs de la filière viticole de l’île. La mission avait pour objectif de mieux connaître l’organisation de la filière, mais aussi de voir si les viticulteurs ont conscience du changement climatique et s’adaptent en conséquence. Au total, ce sont deux viticulteurs en cave coopérative, quatre vignerons indépendants, un technicien de la cave coopérative ainsi que des élus et chargés de mission communaux et intercommunaux qui ont été interviewés.

Comme sur l’Île de Ré, les viticulteurs notent l’importance du changement climatique à partir de différents signes concrets qui modifient le travail de leurs vignes : précocité des vendanges, sécheresse renforcée et brouillage des saisons avec plus grande pluviosité l’été et plus grande douceur des hivers. En outre, tous ont constaté une recrudescence des vents de sud et d’ouest, souvent plus violents, depuis la tempête de 1999 qui aurait changé les conditions climatiques de l’île. Toutefois à la différence de l’Île de Ré, les viticulteurs de l’Île d’Oléron semblent être moins sensibles à ces changements car le territoire n’a pas connu d’événement extrême comme Xynthia. En outre, la plupart d’entre eux se considèrent comme des privilégiés car ils sont épargnés par les gelées et la grêle en raison du climat insulaire. Les viticulteurs évoquent ces constatations empiriques sans faire le lien avec le développement d’autres contraintes ou maladies. Néanmoins l’un d’entre eux va plus loin et fait l’hypothèse d’une possible relation entre le développement de l’esca, un champignon considéré comme le nouveau phylloxera, et le changement climatique s’accompagnant d’un plus fort taux humidité lors de la période hivernale, donc plus favorable au développement des maladies affectant la vigne.

Marcottage d’un nouveau cep pour compenser les pertes liées à l’esca
Crédit photographique : Camille Hochedez, 2017

Si ces signaux sont bien identifiés par les viticulteurs, les formes d’adaptation qui en découlent sont mineures. Tout d’abord, en l’absence de traitement possible contre l’esca, les viticulteurs se contentent d’entre-planter ou de marcotter de nouveaux pieds. Pour lutter contre le vent, quelques haies sont plantées à proximité des parcelles les plus exposées mais elles ne font pas l’objet d’une politique d’entretien pour renforcer leur efficacité. A terme, on peut faire l’hypothèse que le changement climatique modifiera l’orientation viticole de l’île car la hausse des température augmente le taux de sucre dans les raisins et conséquemment renforce le degré d’alcool. Cette modification améliore la qualité des vins de pays mais à l’inverse n’est pas favorable à la production de Cognac . Ainsi certains exploitants envisagent un développement des surfaces plantées pour les vins de pays comme le sauvignon, le cabernet ou le colombard au détriment de celles plantées en ugni-blanc, cépage d’excellence pour le Cognac. Ainsi peu d’actions sont entreprises par les viticulteurs pour faire face au changement climatique car celui-ci n’est pas encore perçu comme une réelle contrainte ni comme un atout majeur. Les politiques publiques n’abordent pas non plus directement ces changements environnementaux. La communauté de communes délaisse ce thème pour axer ses actions autour du soutien à une agriculture durable. En réalité, c’est par un autre service et autour d’une autre action, le programme TEPOS, que la problématique climatique est abordée, mais l’agriculture y tient une place minime.

Les grandes modifications culturales d’aujourd’hui ne sont donc pas le fait du changement climatique mais reflètent davantage la prise de conscience écologique des viticulteurs. La plupart, qu’ils soient vignerons indépendants ou viticulteurs-apportants à la cave coopérative, mettent en avant leurs pratiques de plus en plus respectueuses de l’environnement. Ainsi, ils tentent de limiter l’usage des produits phytosanitaires en réduisant les doses prescrites. Certains ont déjà même proscrit les insecticides ou les herbicides comme ceux à base de glyphosate. Ces pratiques plus respectueuses de l’environnement semblent être davantage adoptées chez les vignerons indépendants. Certains multiplient les cultures d’inter-rangs pour enrichir la terre avec des engrais verts, d’autres multiplient les amendements naturels tandis que certains utilisent des techniques novatrices comme les traitements à base d’huiles essentielles pour prévenir les maladies en renforçant les défenses naturelles des ceps. Ces actions reflètent bien la prise en compte environnementale des viticulteurs mais elles ne s’inscrivent pas dans une volonté affirmée d’obtenir l’agrément de l’agriculture biologique. Il s’agit davantage d’initiatives qui reflètent l’éthique et la vision personnelle de certains vignerons, tout comme leur volonté de pérenniser les exploitations d’un point de vue économique (viabilité des ceps pour la transmission d’un patrimoine économique et souvent familial, économie sur les intrants, etc).

Cultures en interrang et enherbement chez un vigneron indépendant
Crédit photographique : Camille Hochedez, 2017


La qualité de la cuvée bio de la cave coopérative reconnue dans les concours
Crédit photographique : Camille Hochedez, 2017

En effet, cette propension à adopter de nouvelles pratiques chez les indépendants s’explique par le statut de ces vignerons qui, en tant que chef d’entreprise, veulent diminuer les coûts de production en limitant notamment l’usage des produits phytosanitaires. En outre, tous assurent que ces nouvelles pratiques environnementales influent sur la qualité de leur vin. Alors ces nouvelles techniques servent aussi une ambition commerciale pour se démarquer de la concurrence avec des goûts différents.
Désormais, la cave coopérative, s’est elle aussi engagée sur le chemin de pratiques plus écologiques en introduisant de nouvelles pratiques. Ainsi depuis deux ans, elle soutient à titre expérimental l’introduction de cépages résistants aux maladies afin de ne plus avoir à effectuer de traitements. Pour les coopérateurs, cette initiative repose sur le dynamisme du nouveau directeur. Cette nouveauté s’inscrit en réalité dans un changement de pratiques plus marqué des coopérateurs comme en témoigne la certification en agriculture biologique d’une première exploitation et d’une autre en fin de conversion. Ces pratiques restent toutefois marginales : seul un viticulteur-apportant a planté des cépages résistants de manière significative sur plusieurs hectares. D’autres se sont contentés de quelques rangées, ce qui n’est pas suffisant pour commercialiser de cuvée spéciale.

Cépages résistants âgés de deux années
Crédit photographique : Camille Hochedez, 2017

Les actions d’adaptation entreprises, quelles qu’en soit le motif, soulignent la propension des acteurs de la viticulture à adopter plus ou moins facilement de nouvelles pratiques. En l’absence de changements environnementaux manifestes, la plupart se contentent d’actions modestes. De plus rares se distinguent par leur capacité d’innovation pour mettre en place de nouvelles pratiques culturales (cépages résistants, traitements novateurs, etc.). Les stratégies d’adaptation ne sont pas seulement la traduction des sensibilités environnementales de chacun, mais bien une nécessité motivée par un impératif ; celui de maintenir la viabilité économique du secteur viticole dans un environnement transformé.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.